Magic Leap contre Microsoft Hololens : le match de la réalité augmentée a commencé

L’année dernière, un premier cas de dépendance internet due aux Google Glass a été officiellement reconnu aux Etats-Unis. Le patient continuait compulsivement à tapoter la branche droite de sa monture, alors que cette dernière ne trônait plus sur son nez ! On ignore encore quels pourraient être les effets à grande échelle sur notre système nerveux d’une utilisation intensive de dispositifs à réalité augmentée. Pourtant une foule de produits de ce genre seront bientôt commercialisés. Parmi eux, deux projets de casques sont entrés récemment en concurrence : celui de la start-up Magic Leap, racheté à l’automne dernier par Google, et celui de Microsoft qui a présenté son prototype hololens le 21 janvier dernier.
Lors d’un échange avec les lecteurs du site Reddit, le PDG de Magic Leap Rony Abovitz n’a pas hésité à critiquer Hololens, dont la technologie repose en partie sur de la stéréoscopie 3D. « Il y a une série de dispositifs de 3D stéréoscopique. Nous pensons chez Magic Leap que ces derniers stimulent le système visuel de façon incorrecte- et cela peut causer une série de problèmes neurologiques temporaires ou permanents », a-t-il déclaré de façon catégorique. « Je ne porterais pas ces appareils », a-t-il même ajouté. De quoi effrayer tous les utilisateurs d’Oculus Rift ou les fans de cinéma 3D…

© Microsoft Le prototype Hololens de Microsoft.

© Microsoft
Le prototype Hololens de Microsoft.

Stéréoscopie 3D contre projection de lumière
Ce procédé est utilisé couramment pour produire une impression de profondeur en montrant une image distincte d’un même objet sous un angle différent à chaque œil. Ce qui peut provoquer, c’est avéré, de la fatigue, des maux de tête et des nausées. C’est la raison pour laquelle l’armée américaine aurait renoncé à utiliser Oculus Rift dans le cadre de séances de simulation. Les troubles neurologiques irréversibles évoqués par Rony Abovitz restent en revanche à prouver scientifiquement.
C’est en tous cas un bon angle d’attaque trouvé par Magic Leap pour se distinguer d’Hololens. Une journaliste de la MIT Technology Review a pu tester leurs premiers prototypes -encore grossiers- et elle témoigne effectivement d’une approche totalement différente et d’un rendu très réussi en matière de réalité augmentée. Le dispositif se compose pour le moment d’un projecteur plus petit qu’un grain de riz intégré dans un câble noir et d’une paire de lunettes câblée à un appareil carré qui tient dans la poche. Le projecteur fait briller de la lumière sur les verres transparents. Et ces derniers dévient la lumière sur votre rétine. La lumière de l’image virtuelle se marie si bien avec celle de l’environnement réel que les objets artificiels se fonderaient parfaitement dans le décor.
L’utilisateur ne se contente pas de voir une image, il peut aussi l’agrandir, la rétrécir, la déplacer à droite ou à gauche, l’éloigner ou la rapprocher pour le moment en agissant avec une manette de jeu vidéo.
« Nous sommes en phase de développement du produit – nous avons le capital, une super équipe en place, et une date cible de lancement. Dans un avenir proche, nous allons discuter de la disponibilité commerciale pour le public », a annoncé Rony Abovitz sur Reddit dont l’équipe est également en pourparlers avec des développeurs et des applications dans le but de mettre en place une API.
On espère que le PDG de Magic Leap fera la première démonstration publique de ces prototypes lors de la conférence TED à laquelle il a été convié au mois de mars prochain à Vancouver. Il vient en tous cas de déclarer la guerre à Microsoft en mettent nommément en cause son projet Hololens.

Source : Magic Leap contre Microsoft Hololens : le match de la réalité augmentée a commencé

Vous pourriez aussi aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *